Le transport des grumes enfin mécanisé

Jusqu’au début de la première guerre mondiale, le bois était coupé au plus près des rivières, l’eau étant utilisée pour son transport du lieu de coupe au lieu de transformation. La guerre de 14-18 va entraîner, notamment aux USA, une brusque augmentation du besoin en bois, et la nécessité d’aller le couper de plus en plus loin en forêt. A la fin de la guerre, le surplus de matériel militaire va être utilisé pour le transport des grumes (billes de bois) à partir des lieux de coupe éloignés des cours d’eau. Les premiers grumiers datent donc des années vingt, où ils furent petit à petit améliorés à l’aide de motorisations et de systèmes de freinage de plus en plus puissants.

Deux types de camions grumiers aujourd’hui

Les grumiers modernes sont de deux types principaux : ceux qui vont au plus près de la coupe, avec des capacités de franchissement tout-terrain (pneumatiques, suspensions, entraînement adaptés) et d’auto-chargement des grumes sur site à l’aide d’une grue ou d’un treuil embarqué ; et ceux qui assurent le transport des grumes sur le réseau routier et autoroutier. Ces poids-lourds peuvent être équipés d’une remorque, parfois même simplement reliée au tracteur par les grumes elles-mêmes. Leur PTAC peut atteindre les 40 T autorisées en Europe, où l’on compte par ailleurs de nombreux constructeurs tels que MAN et Mercedes-Benz (Allemagne) ; Renault Trucks (France) ; IVECO (Italie) ; DAF Trucks et GINAF (Pays-Bas) ; Scania AB et Volvo (Suède), etc.
Retourner en haut