La récolte : Un processus complexe

En France, le terme récolteuse est peu utilisé, on lui préfère : Arracheuse de pommes de terre. La récolte des pommes de terre, et par extension des tubercules, se divise en trois grandes étapes : La préparation du terrain à l’aide d’un broyeur, la récolte proprement dite (en réalité un déterrage) et la séparation du tubercule de la terre et de ses fanes. Le processus faisant appel à des techniques de mécanisation poussées, il existe un grand nombre de machines qui réalisent tout ou partie de celui-ci.

Une grande diversité de machines

Les machines les plus simples, qui existent depuis la traction animale, sont celles qui reproduisent le travail manuel à la pelle et au râteau. Elles sont souvent munies d’un soc chargé de creuser le sillon de déterrage et de griffes permettant une première séparation entre le tubercule et la terre. Leur évolution logique consiste à ajouter une trémie qui recueille les tubercules, ou un système de tamisage plus poussé qui évite le tri postérieur dans un poste fixe de l’exploitation. Ces machines ont une capacité de travail qui oscille généralement entre deux et quatre rangs. En outre, des machines tractées peuvent réaliser l’ensemble des opérations. Le broyeur est situé généralement à l’avant du tracteur, alors que la récolte et le tri sont effectués dans la machine située à l’arrière. Des versions automotrices existent également.
Retourner en haut