Découvrez toutes les Rover d’occasion à vendre sur AutoScout24

Trouvez votre voiture de rêve

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Rover : des voitures d’occasion de charme aux équipements intérieurs élégants

Il fut un temps où les Rover faisaient fureur. Avec leur moteur ronronnant, leur châssis confortable, leur charme légèrement suranné et leur intérieur « charming », les modèles de la marque britannique savaient convaincre les clients les plus exigeants. Mais cet âge d'or appartient désormais au passé. Seules les voitures d'occasion sont désormais disponibles, du premier modèle, la Rover 8, à la Rover Streetwise produite en 2003. Deux ans plus tard, la firme cessa toute activité, la dernière voiture sortie de l'usine Rover de Longbridge, une banlieue de Birmingham, fut produite en 2005. Mais grâce à un bon approvisionnement en pièces de rechange et des prix en baisse, les modèles Rover d'occasion en état d'usage sont très recherchés. Pas étonnant, puisque ces voitures de caractère ne sont pas seulement robustes et fiables, mais, en règle générale, d'un usage idéal pour le quotidien.

Deux classiques Rover qui font toujours battre le cœur des amateurs de grands classiques

Même si la faillite de 2005 suscita un grand émoi et que la marque Rover n'a pas laissé une très bonne réputation, il fut un temps où les aristocrates britanniques n'avaient pas peur de délaisser leur Rolls-Royce au profit d'une Rover pour aller visiter la campagne. Dans une Rover, l'élégance de la carrosserie et de l'habitacle rejoignait une technologie sophistiquée et une fabrication haut de gamme. Sur le continent, la marque britannique ne jouissait pourtant pas d'une grande popularité, en raison de taux de change défavorables, ou de prix paraissant trop élevés aux acheteurs. Nous vous proposons de découvrir les nombreux joyaux de l'histoire de Rover. Vous trouverez ci-dessous deux modèles Rover d'occasion de grande qualité, parmi les plus intéressants et les plus rares dans la gamme des voitures anciennes.

Rover P5

Commercialisée pour la première fois en 1958, la Rover P5 fut produite jusqu'en 1973 durant trois générations, sous le nom de Rover P5 I, II et III : seuls le volume des cylindrées différencie la Rover 3 litres de la Rover 3,5 litres. Cette voiture à la calandre stylée est un modèle de gamme supérieure, qui se distingue non seulement par des dimensions généreuses, mais aussi par de somptueux ornements chromés à l'extérieur mais aussi par des détails aussi pratiques que ludiques à l'intérieur. Le dos des appuie-tête offre une lampe de lecture intégrée pour l'espace arrière de la voiture, les accoudoirs arrière sont par ailleurs dotés de porte-gobelets. La Rover P5 semble avoir été conçue pour les membres du gouvernement britannique : même la reine Elizabeth II a eu sa Rover P5 ! La P5B de 1967 constitue une variante du modèle : contrairement aux autres versions, un moteur V8 ronronne ici pour la première fois sous le capot, venu de Buick, d'où le «B » dans le nom de cette série spéciale. La P5 Rover est pour les amateurs de voitures d'occasion un véritable modèle de collection : particulièrement rares, les versions coupées atteignent des prix très élevés.

Rover P6

Le premier modèle de la série P6 a été présenté en 1963 et proposé aux acheteurs durant dix ans, en parallèle avec la série P5. La première version de cette nouvelle série fut proposée avec un moteur de 2 litres, comme la Rover 2000. Un peu plus tard est apparue sur le marché la Rover 2000 TC, modèle plus puissant doté d'un carburateur double. Techniquement, la série des P6 montre une grande maturité : une transmission entièrement synchronisée, quatre freins à disque et un essieu arrière De-Dion, monté seulement sur les voitures de sport et utilisé par Rover pour augmenter encore le confort de son modèle. Grâce à sa technologie innovante, mais aussi en raison de ses beaux cuirs et de ses boiseries sombres, la P6 fut bientôt considérée comme la « Rolls-Royce du peuple ». À partir de 1968, le constructeur britannique présente la Rover 3500, variante de la P5, à laquelle il reprend le fameux moteur V8 139 ch. Les premiers modèles standard sont équipés d'une transmission automatique dotée à partir de 1971 seulement d'une commande manuelle. En raison de leur rareté, ces modèles Rover sont particulièrement recherchés sur le marché des voitures d'occasion.

Rover : une marque automobile du passé

Les racines du constructeur automobile britannique Rover - comme celles de Skoda - plongent dans le terreau de la fabrication de bicyclettes. En 1884, John Kemp Starley et William Sutton présentent leur premier modèle de "Bicycle Safety Rover", bicyclette dite de sécurité. Par rapport aux modèles classiques, la bicyclette est dotée d'une selle relativement basse et d'une troisième roue arrière à transmission qui empêche le conducteur de basculer. Grâce à cette transmission à chaîne, ce modèle s'avère plus rapide et plus confortable que le monocycle. La bicyclette trois-roues apparaît vite comme le compagnon idéal des excursions, d'où le nom de « Rover » qui signifie « randonneur » en anglais. La bicyclette Rover se répand rapidement dans toute l'Europe, à tel point que le mot polonais « rower » est encore aujourd'hui le nom employé communément pour désigner une bicyclette. D'autres innovations firent également le succès de l'entreprise : en 1902, par exemple, fut produite la première motocyclette, l'Imperial Rover Moto.

Deux ans plus tard, en 1904, l'entreprise produit sa première automobile avec la Rover 8. Ce véhicule deux-places s'impose immédiatement par sa fiabilité. La société prend alors le nom de « The Rover Company ». D'autres modèles suivent, et en 1907 Rover remporte le RAC Tourist Trophy de l'Île de Man. La Première Guerre mondiale et la crise économique n'épargnent pas Rover. La production de bicyclettes et de motos doit s'arrêter en 1923. Sous le nom de « Rover », la firme se concentre alors sur les petites voitures bon marché. Durant la Grande Dépression, le constructeur automobile va suivre une nouvelle orientation. Après qu'une Rover ait battu de plus de 20 mn le rapide le Train Bleu lors d'une course entre Saint-Raphaël et Calais, la firme organise habilement un battage médiatique autour de l'événement. L'entreprise doit alors son succès à la production de grosses berlines quatre et six cylindres, comme la Rover 10 ou la Rover 16, destinées à une clientèle fortunée.

Rover : véhicules de luxe pour les riches et puissants d'Europe

Dans les années 1930, maison royales, aristocrates et gouvernements utilisent dans toute l'Europe les voitures Rover en tant que véhicules de service : les membres de la classe moyenne supérieure et les célébrités se montrent eux aussi de plus en plus intéressés par les modèles de la marque. Ces véhicules de luxe Rover sont aujourd'hui recherchés sur le marché de l'occasion comme des objets de collection. Durant la Seconde Guerre mondiale, Rover participe à l'effort de guerre en s'impliquant dans la production de moteurs de chars et d'avions de combat. Secrètement commence alors le développement des turbines à gaz, une technologie qui devait essentiellement participer à la conception d'une énergie renouvelable pour les voitures, mais qui sera dans un premier temps destinée à ce deuxième champ d'application. Cependant, en dehors des prototypes extrêmement rapides tels que le JET-1 ou le modèle de course doté d'une turbine à gaz de 150 ch utilisé aux 24 heures du Mans, l'expérience rencontre finalement peu de succès. Avec l'introduction de la Land Rover, un tout-terrain léger avec quatre roues motrices, l’enthousiasme du public est au rendez-vous. Initialement conçue pour les agriculteurs, la Land Rover est plébiscitée par les civils comme par les militaires.

Après-guerre, les modèles dont la production avait été arrêtée à partir de 1940, sont à nouveau fabriqués. Ils seront suivis, en 1948, par la première voiture de milieu de gamme nouvellement développée, la Rover 60. Un an plus tard, le Rover P4 fait son apparition, premier modèle de gamme moyenne supérieure. Il est courant aussi que les désignations de l'époque comme la « Rover 75 » ou la « Rover 90 », correspondent à la performance des moteurs. Depuis 1958, la marque produit également la P5 qui s'impose comme la « Rolls-Royce de gamme moyenne ». En 1970, voici la Range Rover, tout-terrain de classe supérieure. Malgré une augmentation des ventes, le bénéfice reste mince et Rover se voit obligé de fusionner, au milieu des années 1970, d'abord avec son rival Alvis, puis avec Leyland, fabricant de véhicules commerciaux. De la fusion du groupe Leyland avec la British Motor Holdings naît la British Leyland Motor Corporation (BLMC), conglomérat d'ingénierie et de fabrication automobile regroupant 16 marques, dont de grandes marques comme MG, Jaguar, Triumph ou Morris.

Rover n'est pas épargné par les problèmes de sa maison-mère

Les problèmes de qualité que connaît le conglomérat BLMC atteignent également Rover. Au milieu des années 1970, la berline de luxe Rover SD1 remporte certains prix internationaux malgré de nombreux défauts de fabrication. Mais malgré tout, l'entreprise conserve une réputation de durabilité et de fiabilité et de nombreux acheteurs, tant pour les véhicules neufs que pour les voitures d'occasion. Quant à BLMC, le groupe ne réussit pas à fédérer de nombreuses marques pour former une même unité. Les rivalités antérieures persistent, l'organisation de la production dans près de quarante usines est complexe à mettre en place, la direction montre en permanence des dissensions. De mauvais investissements et de longs différends avec les employés pèsent également. Peu de temps avant que le groupe ne s'effondre, le gouvernement britannique prend les devants en nationalisant BLMC. Au lieu d'une véritable restructuration, on opte pour une réduction des effectifs : des milliers d'emplois sont supprimés, de nombreuses usines fermées. En 1986, Rover est la dernière marque à rester encore en activité. Le salut viendra de la création d'une coentreprise avec Honda qui permettra de combler le retard technologique de Rover.

À partir de 1988, le constructeur automobile fera partie du British Aerospace plc (BAe), une entreprise britannique travaillant dans les secteurs de la défense et de l'aérospatiale, il commercialise à nouveau ses véhicules sous le nom de Rover Group. À l'époque, la plupart des modèles sont littéralement calqués sur les modèles Honda. La petite Rover 400 s'inspire de la Honda Civic, le modèle de taille moyenne Rover 600 de la Honda Accord, le grand modèle Rover 800 de la Honda Legend. Seule la petite Rover 200 a été conçue en interne. En 1994, British Aerospace vend sa division automobile à BMW, tandis qu'Honda se retire. Le constructeur allemand n'a pas été vraiment satisfait de cet achat. BMW ne conserve que la marque MINI, qui fait toujours partie de la gamme Rover, alors que la Land Rover est vendue à Ford. Le site de l'usine de Longbridge, ainsi que les droits de Rover et de MG sont rachetés en 2000 par John Towers , l'ancien PDG de Rover, à la tête du groupe Phoenix. Les véhicules du constructeur sont désormais commercialisés sous le nom MG-Rover, afin de s'adresser également aux amateurs de voitures de sport MG.

Rover se tourne vers l'Asie

Les versions plus sportives de modèles Rover sont donc désormais vendues sous le label MG. C'est sur la base de la berline intermédiaire MG ZS qu'est produite la Rover 45. Trouver ces deux modèles Rover sur le marché de l'occasion constitue aujourd'hui une belle prouesse ! Cette nouvelle ère de production ne durera en effet que cinq ans, jusqu'à la mise en faillite, en 2005, de MG-Rover. Les infrastructures de production sont alors rachetées par une société chinoise, la Nanjing Automobile Corporation, et transférées en Chine. Les droits de conception de la Rover 25 et de la Rover 75 vont à destination du marché extrême-oriental au groupe chinois Shanghai Automotive Industry Corporation (SAIC). Cela montre un renouveau de l'intérêt pour la marque. Dans le même temps, BMW revend les droits d'exploitation de la marque à Ford, qui avait acheté en 2000 Land Rover et Jaguar et qui s’était par la même alors assuré un droit d'achat préférentiel. En 2008, la marque Rover est rachetée à nouveau par un constructeur indien de Mumbai, Tata Motors, qui acquiert également la Land Rover et la Jaguar de Ford.

Comme l'entreprise Nanjing a été rachetée un an auparavant par la SAIC, les marques MG, Morris et d'autres appartiennent désormais au grand groupe chinois de l'industrie automobile. Depuis 2006, la SAIC vend des modèles de base qui s'appuient sur les technologies Rover à destination du marché asiatique, sous le nom presque similaire de Roewe. Les deux composants du mot, "Roe" et "Wei", signifient respectivement « lion » ou « roi » / « énergie » ou « réputation ». Le « randonneur » des origines est devenu aujourd'hui « un lion plein de force » ! En dehors de l'Asie, enfin, les véhicules Roewe sont parfois vendus sous le logo MG.

Les récents modèles de Rover à trouver sur le marché de l’occasion

Modèle Catégorie de véhicule Période de production Moteur et transmission Alimentation Particularité
City Rover Citadine De 2003 à 2005 Moteur à allumage commandé 1,4 l 84 ch Variante légèrement modifiée de la Tata Indica
Rover 25 Compacte De 1999 à 2005 Moteurs à allumage commandé à essence : de 1,4 à 1,8 l / Diesel : 2 l De 84 à 160 ch (moteur à essence) / de 101 à 113 ch (Diesel) Troisième génération de la Rover 200. Le design avant reprend celui de la Rover 75. Pour l'édition 2004, le design intérieur à été modifié. Le design de la Rover 25 GTI a été réutilisé pour la MG ZR.
Rover 45 Compacte De 1999 à 2005 Moteurs à allumage commandé : de 1,4 l à 2,0 l / Diesel : 2,0 l De 103 à 150 ch (essence) / 101 ch (Diesel) Troisième génération de Rover 400. Rover commercialise une version plus sportive et plus élégante, la MG ZS. Restylage en 2004 : l'avant et l'arrière ainsi que le châssis sont redessinés, le tableau de bord remodelé.
Rover Streetwise Citadine De 2003 à 2005 Moteurs à allumage commandé : de 1,4 à 1,8 l / Diesel : 2,0 l De 84 à 117 ch (essence) / 101 ch (Diesel) Développée à partir de la Rover 25. Le design de la carrosserie (y compris les rails de toit) rappelle celui du SUV. Avec le Trafficmaster, on trouve déjà dans les versions standard la forme précoce d'un dispositif de navigation.
Rover 75 Gamme moyenne supérieure De 1998 à 2005 Moteurs à allumage commandé : de 1,8 l à 4,6 l / Diesel : 2,0 l De 120 à 260 ch (essence) / De 116 à 131 ch (Diesel) Conception propre à Rover, mais avec l'utilisation de nombreuses pièces de BMW. Style rétro revendiqué. Une version break est proposée avec la Rover 75 Tourer. Suivie par une version plus sportive, la MG ZT.