Découvrez toutes les Saab d’occasion à vendre sur AutoScout24

Trouvez votre voiture de rêve

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Saab : Des voitures d'occasion à la ligne élégante

Conduire une Saab est toujours une chose extraordinaire. Aucun autre constructeur automobile ne se positionne aussi haut que le fabricant suédois dans la customisation quelque peu excentrique et dans l'originalité décontractée. Ce n'est pas sans raison que les véhicules Saab ont longtemps été considérés comme les seuls véhicules conformes au rang des intellectuels, des artistes et des indépendants – ou encore de tous ceux qui souhaitaient montrer leur force de caractère. Après plusieurs innovations, les différents modèles Saab sont désormais seulement disponibles d'occasion. De nouveaux modèles sont annoncés, mais ces derniers, après plusieurs changements de propriétaires, ne seront plus produits en Suède mais en Chine et le design de ces nouvelles séries prendra également un nouveau tournant. Ce qui rendait la conduite des Saab si typique restera tout de même assuré. Entre-temps, les pièces de rechange seront fabriquées par une entreprise indépendante.

Le mythe Saab perdure : sécurité, solidité et innovation technique

Une Saab n'était pas seulement plus lourde et plus chère qu'une Volvo, elle recelait également de nombreuses caractéristiques. La serrure de contact ne se trouvait pas sous le volant, mais intégrée à la console du milieu, entre les deux sièges avant, devant le frein à main. Des ingénieurs suédois avaient en effet remarqué que lors de chocs frontaux, le genou du conducteur était souvent blessé par la clé de contact. Ils ont donc innové pour la sécurité du conducteur, qui s'assied directement sur le mécanisme. La sécurité était LE point primordial des Saab. La solidité de la construction et l'épaisseur de la carrosserie (avec des renforcements intérieurs) étaient quelques-unes des raisons pour lesquelles autant d'architectes choisissaient une Saab pour déposer leurs enfants à l'école le matin. Conduire une Saab, c'était s’immiscer dans la société suédoise, sa neutralité, et son sympathique modèle familial.

La renommée du constructeur suédois pâtit cependant de son rachat par General Motors. De la „quatrième feuille du trèfle des automobiles“ (Die Zeit), Saab devint – au moins en apparence – le petit soldat du groupe américain GM. Les innovations techniques qui avaient fait la gloire de Saab – comme les premiers phares automatiques en 1970 ou les premiers sièges chauffants en 1971 – se firent plus rares. En effet, les modèles de chez Saab n'étaient déjà plus vraiment développés par Saab, et c'est ainsi que la dernière « véritable » Saab est la Saab 900. Tous les modèles qui ont suivi ont en effet utilisé l'effet de synergie, et la légendaire Saab 9000 partagea volontiers sa plate-forme avec la Fiat Croma. Avec la Saab 9-5, les Suédois, sous la direction de GM, ont su montrer qu'ils étaient capables de livrer plus qu'une simple imitation d'Opel dans une tenue plus élégante. Deux générations de voitures de milieu de gamme supérieur furent fabriquées. La seconde édition fut la dernière tentative, d'autant plus ambitieuse, pour sauver l'avenir de Saab. Cette voiture qui n'existe désormais plus que d'occasion fait encore aujourd'hui bonne figure grâce à sa conduite sécurisée et sa qualité d'endurance.

La dernière de son genre : La Saab 9-5 fut le dernier modèle de milieu de gamme supérieur

La Saab 9-5 a été présentée en 1997 ; elle s'appuie sur une plate-forme développée par General Motors et qui a aussi servi pour l'Opel Vectra. Les caractéristiques de sécurité furent innovantes dès la première génération : la 9-5 fut le premier véhicule de série au monde à disposer d'appui-tête actifs : le système nommé Saab Active Head Restraints (SAHR) était conçu pour qu'en cas d'accident à l'arrière du véhicule, les parois supportent automatiquement la tête des passagers. Ainsi devaient être évitées les blessures aux vertèbres ainsi que les „coups du lapin“. Son utilisation comme berline devint une tradition. Au lieu d'avoir un hayon à l'arrière, la 9-5 devint une véritable berline avec un coffre arrière. Plus tard, une version break vint compléter la gamme : la Saab 9-5 SportCombi. En 2009, GM vendit les machines servant à la production de la première génération, ainsi que les droits d'utilisation de cette dernière à l'entreprise chinoise Beijing Automobile Works, qui commercialisa le modèle sous une forme retouchée sous le nom de Senova D.

La seconde génération fut lancée en 2010 et devait, en tant que nouveau vaisseau-amiral, réduire encore plus l'écart avec la concurrence. Techniquement, la 9-5 reposait sur les mêmes caractéristiques que l'Opel Insigna tout en étant beaucoup plus grande : la voiture suédoise mesurait plus de 5 mètres de long. Le design présentait des formes beaucoup plus rondes que chez ses prédécesseurs, les phares avant étaient argentés et un ruban de lumière jaune courait sur l'ensemble du coffre. Le pur confort suédois prédominait également à l'intérieur de la voiture, s'appuyant sur un système d'assistance qui était à l'époque à la pointe de la technologie : une assistance au stationnement bipait pour faciliter la conduite, et en option, un viseur tête haute et un compteur digital étaient disponibles dans une optique de pilotage. Dans la version la plus développée, un moteur V6 de 2,8 litres vrombissait encore avec élan à 300 CV. Cependant, à cause de l'insolvabilité de Saab en 2011 et du refus de GM de restituer la licence de la 9-5 au nouveau propriétaire, la production s'arrêta. La version break ne fut pas du tout produite en série. Seule la version berline de ce modèle de Saab peut se trouver d'occasion. Au total, 11 280 exemplaires ont été produits.

La vieille Suédoise : avec des modèles extravagants, Saab devint une marque culte

Le constructeur automobile suédois Saab fit ses débuts, non pas dans la construction automobile, mais, comme beaucoup de ses concurrents japonais, dans la production aéronautique. En 1937 fut fondée la Svenska Aeroplan Aktie Bolaget (SAAB), qui produisait des avions pour l'armée de l'air. Elle produisit ensuite des produits de licence comme des bombardiers allemands et des avions de chasse américains et plus tard, Saab développa ses propres avions de combat. Après la seconde guerre mondiale, l'entreprise chercha une nouvelle activité. En 1947, au siège social de Trollhättan, on commenca à produire des voitures. Le premier prototype, affectueusement appelé « Ursaab » (« la vieille Saab »), constitua la base pour la production en série de la Saab 92. Caractéristique propre à la berline 4 places : la forme des lignes de la carrosserie faisait penser à la voilure d'un avion. La responsabilité de la production fut confiée à la filiale Saab Automobile.

La Saab 92 fut un véritable pilier dans le succès de Saab dans le domaine de l'automobile. Le pilote de rallye Erik „Mister Saab“ Carlsson en fit le succès, et celle-ci est aujourd'hui difficile à trouver d'occasion, et d'une grande valeur. De plus, ce fut la première voiture en série au monde à disposer d'une protection latérale anti-chocs. La raison en est anecdotique : en Suède, environ un accident de voiture sur six était causé par le choc d'un élan sur une voiture. La suite de l'évolution de la Saab 92 fit apparaître sur le marché la Saab 93, modèle sport de la Saab GT 750 ; suivit ensuite en 1956 un autre modèle sport dans le catalogue de Saab, la Sonnet.
La Saab 96 fut quant à elle le modèle le plus longtemps commercialisé et fut disponible de 1960 à 1980. La version break fut commercialisée sous le nom de Saab 95 et fut, en tant que première 7 places, largement exportée.

En raison d'une petite mais excellente gamme de modèles, Saab devint jusqu'à la fin des années 1960 l'un des plus sérieux constructeurs automobiles suédois. Après les modèles extravagants au style aérodynamique de Saab – qui font aujourd'hui l'objet d'un véritable culte en tant que véhicules d'occasion en bon état – les modèles qui suivirent et leurs concepts de sécurité innovateurs propulsèrent le constructeur automobile de Trollhättan en première ligne, sur le plan national comme international. En 1969, Saab fusionna avec Scania, un fabricant suédois de véhicules utilitaires. Le nouveau groupe Saab-Scania changea le principe de motorisation : à la place d'un petit moteur à deux temps fut installé un moteur à quatre temps et à quatre cylindres, plus gros et plus puissant. Peu après suivit le premier moteur turbo, qui fut installé dans la Saab 99 à partir de 1976 et devint caractéristique de la marque. Deux ans plus tard, Saab présenta son premier modèle de milieu de gamme, la Saab 900. Au milieu des années 1980, suivit une voiture de milieu de gamme supérieur, la Saab 9000. Le cabriolet 4 places de Saab fut également un succès grâce au soutien d'Hollywood. Mais après l'échec de plusieurs projets en développement, la situation financière de Saab-Scania était à la fin des années 1980 plutôt critique.

Cette situation précaire conduisit Saab à conclure en 1990 une joint-venture avec General Motors (GM) et à se détacher de Scania. De nouveaux modèles furent basés sur la plate-forme de GM pour optimiser les coûts. Accusée de n'être qu'un clone d'Opel avec un design suédois, la Saab 9-3 ne se vendit pas autant qu’espéré. En 2000, GM prit finalement Saab complètement en charge. Les chemins du constructeur aéronautique et du constructeur automobile Saab se séparèrent, malgré le nom qu'ils gardèrent en commun. Dans les dix années qui suivirent, l'essor escompté n'arriva pas. GM planifia la vente mais les négociations avec les différents groupes d'actionnaires échouèrent. Finalement, c'est Spyker, un constructeur de voitures de sport hollandais, qui reprit l'entreprise. Un nouveau modèle fut lancé : la Saab 9-4X, un SUV, mais toujours sans succès. En 2011, Saab annonça son insolvabilité. Les installations et l'immobilier allèrent en 2012 au consortium chinois National Electric Vehicle Sweden (NEVS). Ce dernier voulait continuer la production des modèles déjà existants, en particulier de la Saab 9-3. Mais la fabrication s'arrêta au printemps 2014, toujours par manque de liquidité.

Depuis lors, Saab est responsable de l'approvisionnement des pièces de rechange des modèles déjà existants. Entre-temps, l'entreprise a pris le nom d'Orio. Elle produit de manière indépendante dans l'ancienne usine-mère de Saab. Les véhicules d'occasion peuvent ainsi être équipés lors de réparations des composants correspondants. Cela fut assuré grâce à la nationalisation de l'entreprise.

Pour les fans de Saab, l'avenir semble pourtant prometteur. Le retour de la marque Saab est déjà programmé et de nouveaux modèles ont déjà été commandés par NEVS (National Electric Vehicle Sweden) : deux SUVs – un modèle sportif du côté des petites voitures et un modèle familial dans la gamme compacte – ainsi qu’un crossover et une voiture de sport dans la catégorie milieu de gamme. Tous les véhicules devraient être livrés avec un entraînement électrique et la Saab 9-3 devrait renaître de ses cendres grâce au E-Motor. De suédois il n'y aura alors plus que le nom puisque les investisseurs chinois ont l'intention de déplacer la production à Tianjin, en Chine. Grâce à une meilleure éco-compatibilité et une optique futuriste, ces modèles de Saab devront désormais parler aux acheteurs de véhicules d'occasion, qui trouvaient jusqu'à présent la marque trop „sage“.

Trois modèles turbo de chez Saab, qui continuent d’être au summum des véhicules d'occasion

Le moteur turbo de Saab était un peu la profession de foi des individualistes : si l'on transporte sûrement et solidement ses enfants, alors autant le faire avec un moteur convenable sous le capot. Des compresseurs furent mis en place pour les voitures de toutes tailles, de la voiture compacte aux voitures de milieu de gamme, ainsi Saab dota ses véhicules de manière fiable et fit décoller la lourde Suédoise. Nous présentons ici un peu plus précisément la Saab 99, la Saab 900 et la Saab 9000 dans la mise en œuvre respective de leur turbo. Ces modèles de chez Saab sont encore bien représentés sur le marché du véhicule d'occasion, bien que même les modèles bien entretenus ne soient pas toujours une bonne affaire. Cela pour une bonne raison : selon la rumeur, les modèles de Saab seraient sujets à la rouille.

Saab 99 Turbo Saab 900 Turbo Saab 9000 Turbo
Période de production de 1975 à 1984 de 1982 à 1994 de 1985 à 1998
Moteur Moteur à quatre cylindres en ligne avec compresseur turbo Moteur à quatre cylindres en ligne avec compresseur turbo Moteur à quatre cylindres en ligne avec compresseur turbo
Cylindrée 1.985 cm3 1.985 cm3 1.985 cm3
Puissance 145 CV 145 CV 175 CV
Vitesse maximale 190 km/h 195 km/h 240 km/h
Accélération 0–100 km/h 9,8 s 8,5 s 6,9 s